Le projet éducatif et pédagogique


 « L'autre école » souhaite accompagner le développement des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être, c'est-à-dire soutenir le développement de la tête mais aussi du cœur et du corps.

Pour ce faire, les travaux intellectuels prennent leur place aux côtés de travaux artistiques, créatifs, manuels et du développement des compétences relationnelles et émotionnelles.

Accompagner chacun à trouver sa place en soi, avec les autres, voilà le plus grand des enjeux de notre école.

Pas de « modèle pédagogique »

« L'autre école » souhaite offrir un lieu de vie, d'expériences, d'apprentissages autonomes et enthousiastes aux enfants. Elle se veut une sorte de laboratoire d’expérimentations et de recherches où chacun peut évoluer à son rythme et ne souhaite pas se référer à un dogme pédagogique ou à une méthode particulière.

Concrètement, « l'autre école » s'inspire des pédagogies alternatives, comme Freinet, Montessori ou Steiner, et des courants pédagogiques libres et démocratiques, comme Summerhill, l'école du 3ème type de Bernard Collot, l'école dynamique ou encore l'école de Sudburry.

Le choix du multi âge

Il permet des apprentissages et des échanges sociaux très riches.
Il développe la coopération et la solidarité : faire bénéficier aux plus jeunes de l'accompagnement bienveillant des plus grands et offrir à ces derniers une belle valorisation en soutenant les plus jeunes.  

L’organisation des espaces

plan de l'école
« L'autre école » compte une « grande salle », un « coin cuisine», une « salle calme », un « bureau », une « salle musique » et une cour avec préau.

La « grande salle » est propice aux échanges, aux travaux de groupes et aux jeux. Elle servira aussi de salle de repas et un « coin cuisine » est équipé pour réchauffer le repas personnel que chacun peut emmener dans un sac isotherme (l'école ne fournit pas les repas). Un écran et un vidéo-projecteur permettent la présentation d'exposés. Des jeux, des supports et matières pour travaux créatifs, du matériel pour expériences « scientifiques » (…) sont à disposition.

La « salle calme » est propice au travail individuel. Chacun y possède un « casier » où il peut ranger ses travaux. Des ordinateurs sont à disposition. Un coin bibliothèque regroupe des livres de lecture et des documentaires variés, ainsi que des « coins repos » où chacun peut s'isoler. un espace mural est réservé pour l'affichage des travaux que les élèves veulent partager.

Le « bureau » permet au référent adulte de rencontrer les parents. Une imprimante, connectée au réseau de l'école, permet à chacun d'imprimer selon ses besoins et un photocopieur/scanner est également à la disposition de tous.

Dans la « salle musique », les jeunes peuvent écouter de la musique ou faire de la musique. Un piano et quelques instruments y sont à disposition, les élèves peuvent apporter leur instrument personnel à l'école si ils le désirent.

Il est essentiel que les enfants aient les ressources nécessaires à portée de main pour effectuer leurs propres recherches, expériences et créations. Tout le matériel (crayons, papier, jeux, matériel et supports divers …) est disponible et en libre accès sur les étagères des différentes pièces.

 Les espaces extérieurs permettent les jeux sportifs, la découverte de la nature … ou tout simplement le repos, la lecture ou toute autre activité en plein air …

 
Le socle commun de connaissances et de compétences de l'éducation nationale

L'école, même hors contrat, se doit de respecter le socle commun de connaissances et de compétences de l'éducation nationale.

Chaque élève aura en sa possession un « carnet de bord » qui lui permettra de voir son évolution et de fixer ses propres objectifs (avec le soutien de l'enseignant).

La valeur défendue par l'école est celle de la coopération et non de la compétition ni du classement. Il n'y a donc pas de notes, ni bonnes, ni mauvaise, pas de jugement quantitatif des productions des enfants, par respect pour leur travail, pour ne pas encourager les jugements de l'adulte sur le travail de l'enfant et pour ne pas entrer dans le cercle vicieux (mauvaise note → jugement négatif → peur du regard de l'autre → inhibition de l'action → perte de confiance en soi → fuite).
Pour autant, l'élève et l'accompagnant échangent, prennent le temps d'analyser les difficultés, les réussites et observent où chacun en est, notamment, par rapport au niveau de compétences requis par l’Éducation Nationale.

L’écrit et la lecture : diverses méthodes adaptables suivant chaque enfant

Chaque enfant a des envies, des facilités ou des difficultés propres, il est donc nécessaire d'adapter l'apprentissage de la lecture et de l'écriture en fonction de chacun.

L'approche de la lecture peut être faite par la « méthode des alphas » dont « l'autre école » possède la progression complète et les supports nécessaires, mais aussi par l'approche gestuelle de Borel-Maisonny, une approche par « tableaux des sons », ou d'autres supports … Pour les enfants suivis en orthophonie, l'enseignant se rapproche du praticien pour adapter au mieux la méthode et utiliser à l'école des supports en lien avec ce suivi.

Les productions d'écrit ne sont pas dirigées et ne correspondent pas à des « exercices répétitifs ». Les élèves sont incités à écrire des textes libres, à présenter des exposés … Et l'apprentissage de l'écrit passe par la rédaction et la correction de ces productions.

Nous ne suivons pas les chapitres d’un manuel d’apprentissage de lecture (sauf si cela correspond à un besoin, une demande de l'élève : certains enfants peuvent avoir besoin d'un support concret de ce style).
Nous ne préparons pas de leçons de grammaire, de vocabulaire ou d’orthographe. Mais les écrits libres servent de support pour présenter ces notions et de petits exercices numériques peuvent être proposés pour travailler ces points.

« L'autre école » possède le fichier PIDAPI de français qui peut servir de support pour une progression autonome en lien avec le socle commun de connaissances.

Nous nous adaptons au rythme de chaque élève et nous le suivons sur son cheminement propre.

Les mathématiques

L'approche du langage mathématique est basé sur des jeux et des expériences.

L'enfant, à travers différentes approches et grâce à différents supports pourra acquérir les diverses notions mathématiques abordées dans les programmes scolaires.

Pour ceux qui sont plus intéressés par ce langage, des recherches plus approfondies et l'utilisation de supports plus « académiques » pourront être proposées.

« L'autre école » possède le fichier PIDAPI de mathématiques qui peut servir de support pour une progression autonome en lien avec le socle commun de connaissances.

L'important à nos yeux est le respect du rythme et des envies de chaque élève.

Les autres domaines d'étude

Là aussi, nous ne suivons pas un « programme imposé » et l'acquisition des connaissances se fait à travers des recherches personnelles, des « ateliers » proposés par des intervenants, des logiciels adaptés, des jeux, des préparations d'exposés oraux, d'expositions …

Des temps d'expression sont organisés chaque semaine et les élèves peuvent y présenter leur travail : exposés, poèmes, dessins, réflexion « philosophique », musique …

La préparation d'un examen

Les « grands » élèves peuvent exprimer l'envie de préparer un examen (brevet des collèges, baccalauréat, CAP …).
Dans ce cas, l'enseignant met en place avec l'élève un programme « plus formel » d'étude et l'aide à acquérir les compétences et les savoirs nécessaires à sa réussite.
L'enseignant aide également l'élève dans les démarches administratives d'inscription en candidat libre.

Stage en entreprise

Les « grands » élèves (après 14 ans) peuvent également exprimer l'envie et le besoin de découvrir le monde de l'entreprise ou un métier en particulier.
Avec l'accord des parents, « l'autre école » peut aider le jeune à trouver une entreprise qui accepte de l'accueillir et met en place une convention qui permet le déroulement correct de ce stage.

L’organisation du temps

L'organisation et la régularité sont nécessaires pour « garder le fil » des textes libres, des activités mathématiques, des préparations d'exposés ... C’est pourquoi des « objectifs » journaliers ou hebdomadaires sont déterminés avec l'élève, inscrits sur un « plan de travail » et doivent être validés.

Aucun « temps de travail » n'est imposé, les élèves s'organisent en fonction de leurs envies et de leur rythme journalier. Certains préfèrent travailler le matin, d'autres en début d'après-midi ...
L'enseignant veille tout de même à ce que les objectifs puissent être validés.
Pour les élèves ayant du mal à s'organiser (en particulier les plus jeunes), l'enseignant peut mettre en place avec eux un « emploi du temps » qui leur servira de repère pour atteindre leurs objectifs.

Les élèves sont libres de leurs activités, ils disposent de l'ensemble du matériel présent dans l'école et l'enseignant est présent pour les aider s'ils en expriment le besoin.

L'expérimentation démocratique

L'expérimentation démocratique dans l'école en est un rouage essentiel, elle permet à chacun d'être un participant actif de la vie de l'école. Ici, chacun a son mot à dire dans la vie et l'organisation de l'école. L'adulte n'impose pas le fonctionnement, c'est l'ensemble des membres de cette mini société qui le crée et le transforme au fur et à mesure des adaptations nécessaires.

Au sein de l'école, le cadre, la structure se mettent en place au fur et à mesure des interactions et s'ajustent au fur et à mesure des besoins de chacun. Ceci afin d'aboutir à un bien vivre ensemble.  

Pour ce faire, des réunions régulières ont lieu avec les enfants pour discuter, poser et ajuster le terreau de la vie commune, exprimer d'éventuels désaccords, lancer un débat ou/et faire entendre ses besoins. Les enfants découvrent l'écoute active, développent leurs capacités de communication, en s'inspirant de la communication non violente, de la notion de message clair, et ce, au quotidien.

Aucune forme de non-respect/agression n'est tolérée (physique, verbal ou psychologique).
L'adulte est là pour y veiller.
En cas de conflit (mise en danger du bien vivre ensemble) non résolvable sur l'instant, un « conseil de paix » permet une médiation entre les membres de l'école. Il est mis en place pour éclaircir les besoins des protagonistes et les ajustements nécessaires pour permettre une gestion saine du conflit. Au niveau de l'organisation, il s'inspire des médiations :
2 accompagnants soutiennent les protagonistes, accompagné d'un médiateur.
Tout membre de l'école peut faire appel au conseil de paix.
Lors du conseil de paix, chacun fait part de son point de vue. Le conseil de paix aide les protagonistes du conflit à prendre de la distance et ainsi sentir, se rendre compte de l'implication de chacun dans le problème. L'un des moyens efficaces est le jeu de rôle : le conflit est rejoué par les personnes impliquées en s'échangeant leur rôle.
C'est un bon moment pour expérimenter une communication respectueuse à l’intérieur du conflit et trouver un ajustement entre les personnes impliquées, qui peut prendre la forme d'une réparation.

Ce fonctionnement a pour but de rendre les élèves « acteurs » et de  les accompagner à bien vivre ensemble, à prendre leur juste place au sein d'un collectif.
Chacun pourra développer et affiner les aptitudes suivantes :
- apprendre à exprimer ses pensées, à argumenter,
- à écouter le point de vue des autres,
- à mieux gérer les conflits,
- apprendre la coopération,
- accepter un cadre juste.